Accessibilité
Couleurs noir sur blanc
Couleurs blanc sur noir
Informations aux personnes en situation de handicap
Suivez le festival de Cornouaille sur Facebook
Logo du Conseil Général du Finistère Logo de la Région Bretagne Produit en Bretagne

Les figures du festival - Jean Coroller

Jean Coroller

En breton, Koroller, c’est le danseur. Il était donc logique et naturel que Jean Coroller, né à Locmaria de parents originaires de Langolen, devienne quelques décennies plus tard, le fondateur de l’Amicale des groupes folkloriques mais surtout le Président des Grandes Fêtes de Cornouaille puis Festival de Cornouaille de 1974 à 1993.

Greffier au Tribunal de commerce de Quimper, mais aussi Président du Cercle hippique, Président de l'Amicale de Groupes de Quimper, Président du Foot Corpo à Quimper après avoir été joueur de nombreuses années, Jean Coroller était un passionné.

C’est vers 1952-1953, que Jean était entré dans l’équipe organisatrice des Fêtes de Cornouaille.

Homme discret, Jean Coroller aimait s’effacer derrière les talents qui l’entouraient. Il faut dire que quand on a pour complices des personnalités comme Per Jakez Hélias ou Bernard De Parades…

Homme de consensus, Jean Coroller a le mérite de succéder à Fanch Begot en 1973-1974, en plein renouveau de l’Emsav (le mouvement breton), où la jeunesse bretonne au sein de nouveaux partis politiques se mobilise contre le « colonialisme » jacobin, conteste les fêtes « folkloriques », refuse « la culture mise en musée », etc…

C’est à lui que l’on doit l’animation des vieux quartiers, un festival de plusieurs jours avec des têtes d’affiches, la promotion des jeux bretons et le développement de l’université d’été. C’est aussi sous sa présidence en novembre 1981 que les « Grandes Fêtes de Cornouaille » deviennent le « Festival de Cornouaille » sous l’influence de Bernard de Parades.

Comme Président, Jean Coroller a su se tourner résolument vers l’avenir tout en gardant la tradition. Un équilibre délicat à maintenir mais qui procédait aussi de son esprit consensuel.

En 1993-1994, il cède la place à Jean-Michel Le Viol tout en restant actif au sein de l’association dont il restera membre jusqu’à sa disparition le 27 mars 2009 à l’âge de 88 ans.

Facebook